Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Informations et Actualités du Ministère de la Sécurité Sociale du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
 Recherche
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Newsletter | Liens | Vos réactions | FAQ | Glossaire | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Dépendance > Que signifie être dépendant ?

Que signifie être dépendant ?

Vers le niveau supérieur

1. Etre dépendant, c’est avoir besoin de l’aide de quelqu’un, un professionnel ou un proche, pour effectuer les actes essentiels de la vie.

Les actes essentiels de la vie sont les actes qui concernent :

  • l’hygiène corporelle (se laver, brosser ses dents, laver ses cheveux, entretenir sa barbe et ses ongles et se rendre aux toilettes) ;
  • la nutrition (manger, boire) ;
  • la mobilité (s’habiller, se déshabiller, se lever, se coucher, se déplacer dans la maison, entrer et sortir de son logement, monter et descendre les escaliers).

Ne pas pouvoir se rendre aux toilettes ou se lever de son lit ou manger sans aide, c’est être dépendant.

Lorsqu’on ne peut plus effectuer les tâches domestiques sans aide mais que l’on reste capable d’effectuer les actes essentiels de la vie, on n’est pas dépendant au sens où la loi l’entend.

2. Pour que l’assurance dépendance intervienne, il faut aussi que le besoin d’aide persiste pour un minimum de six mois ou qu’il soit irréversible. L’assurance n’interviendra pas pour une personne qui présente un besoin d’aide pour une courte période.

3. Il faut enfin que le besoin d’aide présente une certaine gravité : il doit représenter au moins 3,5 heures par semaine. Si le besoin d’aide est inférieur à 3,5 heures par semaine, l’assurance n’interviendra pas. Les 3,5 heures sont mesurées de façon précise et l’on verra au chapitre 4 comment on les mesure (cfr. § sur la durée des aides et soins). Ces 3,5 heures constituent ce que l’on appelle souvent le seuil.

Pour avoir droit à une aide technique ou une adaptation du logement, il n’est pas nécessaire de présenter un besoin d’aide important (trois heures et demie par semaine) pour les actes essentiels de la vie.

4. Ce besoin d’aide doit être la conséquence d’une maladie.

Chez les vieilles personnes, ces maladies sont souvent la démence, la maladie de Parkinson et les conséquences d’un accident vasculaire cérébral.

Mais la dépendance peut également toucher des personnes plus jeunes : de jeunes adultes victimes d’un accident de la route, des personnes atteintes de maladies chroniques et même de très jeunes enfants qui naissent avec un handicap et qui auront besoin de l’aide d’une tierce personne pour les actes essentiels, durant toute leur vie.

5. Trois groupes de personnes peuvent bénéficier de l’assurance dépendance sans satisfaire à ces quatre conditions.

Il s’agit des trois groupes de personnes atteintes des pathologies suivantes :

  • Les personnes atteintes de cécité complète ;
  • Les personnes ayant des difficultés à communiquer en raison de graves problèmes d’audition, de dysarthrie et les personnes ayant subi une laryngectomie ;
  • Les personnes atteintes de spina bifida.

Lorsque le diagnostic a été posé par un médecin spécialiste du domaine concerné, agréé par la Cellule d’Evaluation et d’Orientation, la personne peut bénéficier d’une prestation en espèces forfaitaire.

6. La dépendance des jeunes enfants (jusqu’à l’âge de huit ans)

Chacun sait que tous les jeunes enfants ont besoin de l’aide de leurs parents pour les actes essentiels de la vie. Certains enfants, en raison d’une maladie ou d’un handicap, ont besoin de plus d’aide.

Lorsque l’assurance dépendance interviendra pour les enfants malades ou handicapés, elle considérera seulement le besoin d’aide supplémentaire de ces enfants par rapport aux enfants du même âge en bonne santé.



Haut de page

Copyright © Ministère de la Sécurité Sociale   Aspects légaux | Contact